Panarchie

Le problème : « Une peste a éclaté et s’est répandue partout dans le monde durant le XXe siècle. Elle s’est insinuée dans les esprits et s’est emparée des corps, elle a influencé les attitudes et orienté les actions, elle a dominé la vie et signé la mort d’individus et de communautés. Le nom de cette peste est l’étatisme. »
La solution : « La Panarchie est une méthodologie sociale basée sur le principe du volontarisme et la pratique de la tolérance. » — Gian Piero de Bellis

Lors du précédent épisode, je vous mettais l’eau à la bouche à propos d’une possible école libre. L’été passant, le projet profite de la chaleur estivale et je vous en parlerai donc ultérieurement.

Pendant ce temps, comme nous ne manquons pas d’acteurs entrepreneurs pour enrichir notre cher petit vallon naturellement libre, je vous ai déniché un chroniqueur hors pair !

Alain Genestine a su mettre plusieurs cordes à son arc.

Son curriculum vitae professionnel est chargé d’une expérience réussie dans l’hostellerie de luxe, de la création d’un concept à sa mise en production, de la gestion de grands projets stratégiques (automobiles) en France et à l’international, notamment durant 15 années aux USA.

Son CV est tout aussi volumineux d’expériences significatives dans le milieu associatif, différentes présidences locales, régionales et nationales.

Fin connaisseur de l’univers du vin et originaire de la région Bordelaise, il est aussi président de la société « La cave du petit Bacchus. »

Alain est également auteur parmi les 100 de Libres !

La liste de toutes les activités d’Alain ne peut être exhaustive, il se lève tôt et se couche tard !

panarchie

Il se lève tôt et se couche tard.

Conditionnement et un formatage collectif

Mais c’est quoi ton moteur Alain, veux-tu bien parler de ce qui t’anime avec tant d’ardeur ?

La voix d’Alain est pleine de fraîcheur et il se définit clairement avant tout comme quelqu’un de simplement passionné et humble dans tout ce qu’il entreprend.

À la base, il considère que nous subissons tous un conditionnement et un formatage collectif. Autrement dit, nous ne sommes pas libres d’agir naturellement à notre guise, ce qui tend à rendre la vie en société complexe et problématique.

Face à ce constat, il a découvert la philosophie libérale, à laquelle il introduit le concept de la Panarchie comme méthodologie de tolérance et de choix libre et volontaire, par tous et partout, en ce qui concerne nos organisations sociales.

Une idée simple, dit-il, pour résoudre des problèmes qui apparaissent très complexes (la vie en commun) mais qui redeviennent simples une fois que nous appliquons les recettes de la liberté et des choix volontaires.

Il a ainsi pas mal évolué dans l’univers de la liberté et sa démarche philosophique s’est spontanément orientée en libéralisme grand angle, qu’il qualifie de Liberté + tolérance. Tel est son moteur.

Il a fait quelques intrusions en politique, il est à l’origine de l’appellation Union Majorité Présidentielle (UMP) et notamment via Alternative Libérale, pour se rendre compte par lui-même du mensonge politique. Depuis, il ne vote plus !

chroniqueur

La première édition de sa nouvelle revue.

Université de la Liberté

De ses réussites et ses échecs, Alain fait plutôt preuve de résilience et a entrepris de fonder son Université de La Liberté, où se dressent des cathédrales libérales de toutes sortes, dans le but de brasser le libéralisme grand angle, faire connaître le libéralisme, toucher les esprits.

Entrer dans l’Université Liberté d’Alain, c’est aborder des sujets richement documentés, des arguments raisonnés qui peuvent cependant être commentés.
Vous trouverez également de nombreuses références classées par thèmes : Pôles de l’Université Libérale ; Recueils littéraires ; Partage d’idées ; Think-tank, cercles, réflexions….et journaux ; Blogs libéraux ; Presse – Médias – TV ; Le déroulé d’infos mensuel et Au bout du monde, pour une vie positive et lumineuse !

Alain Genestine, le personnage est effectivement passionnant, multi-entrepreneur, touche à tout et amoureux d’esthétisme. Sa facette bâtisseur dans l’industrie automobile, peut même faire penser à Hank Rearden dans La Grève de Ayn Rand.

Comme il cible et commente pas mal l’actualité, dont il fait des compilations quasiment quotidiennes, cette activité a donné naissance à une nouvelle revue, dont voici la première publication.

Naturellement, comme Les tas sont toujours très à l’avant-garde de la production de sévices publics, particulièrement dans l’hexagone, vous pouvez compter sur d’autres publications de cette nouvelle revue, avec les compilations d’Alain à la Une.

Tant qu’il y a les tas, même en période de congés, gardez vos yeux ouverts, vos sens en éveil et préparez-vous maintenant à la sécession, à réinventer de nouvelles sociétés civilisées, déconditionnées, déformatées, celles où chacun est enfin son propre souverain. Libres, enfin libres et responsables d’agir naturellement à notre guise, les uns avec les autres, avec pour seule limite la non-agression, la défense légitime de voler et tuer son prochain, de lui imposer par la force ce à quoi il ne consent pas de son plein gré.

L’effondrement de l’état est inexorablement en marche, La Liberté est le dernier rempart du monde qui s’écroule !

 

Artid