J’en connais un rayon X

Ce matin-là, je prends l’avion pour Paris, comme souvent et comme des centaines de Toulousains chaque jour. Paris est comme la banlieue de Toulouse, grâce aux Jacobins. L’avion reste encore ce qu’il y a de plus rapide et de plus sûr, et la SNCF fait un superbe boulot pour que cela reste vrai encore longtemps.

Comme il est de rigueur depuis l’attentat du 11 septembre 2001, jour funeste où le monde entier a adopté la peur d’un danger irréel, j’affronte donc et je passe, peut-être pour la millième fois, sans trop de zèle de leur part, les contrôles dits de sécurité et leurs rayons X, censés nous protéger contre nous-mêmes des méchants terroristes qu’on n’a jamais vus voler.

X-Cage

Haut les mains.

Et tout d’un coup, au moment où je quitte l’endroit, dans le silence feutré et endormi du petit matin, j’entends un haussement de voix et un cri venant de derrière moi.

Friction de Sécurité

Un autre voyageur, manteau, costume, écharpe, donnant tous les signes d’un voyageur d’affaire comme moi, comme un clone, se fait assaillir et littéralement sauter dessus par deux policiers. Il avait, semble-t-il, eu des mots avec une contrôleuse, et pas de ceux qui se disent à l’oreille. Oh mais faut faire attention à ce qu’on dit avec ces « agents ».

Mais voilà qu’il résiste et lutte contre les policiers. Des chaises sautent, les deux techniciens de la soumission s’acharnent et le temps que de mon côté je passe, ils l’ont mis à terre et les menottes lui sont passées.

Véridique, ceci n’est pas une fiction. Et ce n’est pas un hasard si cela vous rappelle votre propre histoire. La vôtre, c’était peut-être une Mamie sourde, ou un moment de lassitude mal contrôlé ? Peu importe, ils n’ont rien à trouver, alors il faut bien qu’ils trouvent à redire, pour justifier les taxes.

Dégoûtte d’eau ?

J’ai songé à prendre une photo pour mieux témoigner de cette honte, mais j’avoue que lâchement, je n’ai pas voulu prendre le risque de me faire moi aussi mettre les bracelets. Avion à prendre, client à satisfaire.

Je ne sais pas ce que cet homme avait pu dire ou faire. Mais je suis pourtant convaincu que cela ne justifiait pas plus qu’un rappel à « l’ordre » et certainement pas ce qu’il faut bien appeler une violente agression et un abus de pouvoir, de la part de gens qu’on n’a jamais accepté de subir.

Pourquoi cet homme a-t-il réagi – peut-être mal – envers la contrôleuse ? Lassitude des gens devant la pourriture de l’ambiance sociale et la foule des tracasseries ? Je serais prêt à parier que ce matin-là, ce fut pour lui la goutte d’eau qui l’a fait disjoncter. Les zombies hélas ont aussi pété les plombs.

Quel est donc l’acte, la menace, le danger qu’un voyageur de commerce usé de tracasseries posait à ces personnes, ou même aux voyageurs qu’il s’apprêtait à rejoindre ? Aucun, très probablement. Mais il refusait de se soumettre, voilà une menace justifiant un redressement sans pitié. Non mais.

A la recherche du temps perdu ?

Je voyage très régulièrement depuis ma prime jeunesse et j’ai connu l’avant rayons X, période où les passagers étaient des clients avant d’être des suspects. Il semble que beaucoup y ont survécu. Oui mais vous comprenez ma petite dame, il y avait moins d’avions. Peut-être, mais il y avait moins d’emmerdeurs, aussi.

J’ai depuis subi ces contrôles dans des dizaines d’aéroports et de pays. Je n’ai jamais vu autre chose que du temps perdu, un sentiment collectif d’incompréhension et la honte d’y subir des fouilles ridicules et infondées. Fouilles menées par des contrôleurs mesquins et voyeurs qui sont d’autant plus arrogants et désagréables qu’ils ne trouvent rien à retirer des poches de la masse des voyageurs.

Spectacle.

Foire Fouille ?

Beaucoup pensent que ces contrôles sont désormais nécessaires pour assurer la sécurité à bord des avions, sécurité qu’on aurait perdue avec l’effondrement du World Trade Center – dont il n’est pas définitivement établi que la destruction fut causée par deux avions. Je conteste cette faible logique.

Benjamin Franklin, et bien d’autres depuis, nous a pourtant appris que ceux qui mettent la sécurité avant la liberté ont toutes chances de détruire les deux. Car non seulement les rayons X ne servent à rien, mais ils sont liberticides et coûtent une fortune, sans aucun retour sur investissement.

Arbi-Traire

Il est intéressant de voir que ces gugusses et ces contrôles ne sont pourtant pas remis en cause, que personne n’en parle, ce qui hélas est un signe de la résignation de nos concitoyens. Car le choix de ces contrôles nous a été imposé sans nous laisser la possibilité de trouver d’autres options, si besoin il devait y avoir.

X-Ray

Lady-X Liberty-X

Ce n’est pas une demande de la population, ce n’est jamais passé par la voie démocratique, c’est une contrainte imposée en urgence par les gouvernements mondiaux, suite au 9/11, sans avoir laissé le peuple peser son pour et son contre. Car il y a un pour et surtout un contre, et c’est à nous qu’il revient de faire ce choix.

Pourtant, il n’est pas du tout certain que le risque soit à la hauteur de ces contraintes. Après tout, combien de gens qui voyagent, dépensent des taxes aéroportuaires souvent plus chères que leur billet, qui perdent un temps précieux et ne peuvent pas prendre avec eux même une simple bouteille de parfum à moitié vide, préféreraient prendre le risque d’une improbable attaque ? Ou seraient capables de suggérer d’autres idées moins intrusives pour sécuriser l’avion ?

Le pire, c’est que le phénomène se généralise désormais à d’autres pans plus quotidiens de la vie, telle l’automobile, où l’on peut dorénavant se faire arrêter sous simple prétexte d’absence de choses aussi ridicules, pardon, « indispensables », qu’un éthylotest, un triangle ou un gilet fluo.

Au train TGV où vont les choses, on ne pourra bientôt plus critiquer ouvertement quiconque sans se faire agresser par ceux qui devraient nous protéger et non nous prendre pour des cibles.

Il faut dénoncer cette tendance. Partagez vos expériences, elles aideront les autres à faire de même et à se réveiller.

 

Euclide