Ciel, j’ai peur !

Il fut un temps où paraît-il, les Hommes avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête !

Depuis, le ciel n’étant toujours pas tombé, les Hommes en ont profité pour développer leurs facultés, heureusement.

Tant et si bien que leurs tracas quotidiens pour se nourrir, se protéger, se soigner et tout simplement vivre mieux et plus longtemps, ont sensiblement diminués. Pour autant, ces évolutions d’ordre essentiellement techniques n’ont pas réduit l’intensité de la peur des Hommes, de sorte qu’il leur arrive encore de croire que le ciel puisse tomber.

Pour ma part, croire ou ne pas croire à d’hypothétiques dangers n’est pas une démarche prévoyante, ni précautionneuse, dans la mesure où elle entrave mes facultés à comprendre et à maîtriser les évolutions techniques mises à ma disposition.

Je préfère largement continuer à appréhender mes tracas quotidiens réels comme risques et développer mes facultés pour les réduire.

Ainsi, je profite davantage des évolutions techniques, produites par des Hommes qui n’ont de cesse de nous prouver qu’elles nous sont bénéfiques.

Sain progrès

C’est bien d’ailleurs parce que ces évolutions techniques nous sont bénéfiques que nous les achetons, que nous apprenons à nous en servir, que nous les utilisons, que nous les consommons. C’est bien aussi en reconnaissance de ces bénéfices, que nous exprimons le désir que les techniques évoluent encore, pour mieux nous servir et réduire nos soucis quotidiens.

N’en déplaise aux trouillards, pessimistes et alarmistes qui nous parlent d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître et grand bien leur fasse !

En tant que parent, je me réjouis pour mes enfants qu’ils profitent des évolutions techniques et mieux, j’espère maintenant qu’ils sont grands à leur tour, qu’ils participent à plus de progrès encore.

Parce que notamment voyez-vous, je vieillis et mon corps s’use simplement. Si bien que les progrès techniques qui permettent de réparer cette usure, j’en demande et je suis contente quand une offre peut répondre à ma demande.

Demain?

Que nous prépare le transhumanisme ?

Ce qui se trame

J’en viens ainsi à vous parler de ces progrès techniques en cours, qui ont vocation à satisfaire toutes les générations et qui pourraient bien changer encore nos modes vies, pour toujours moins de tracasseries et plus de liberté à développer nos facultés et à vivre mieux plus longtemps à tous les âges.

Voici quelques exemples bien développés de ce qui se trame : inversion de l’âge, intelligence artificielle généralisée, transhumanisme, impression 3D, etc.

Si comme moi, vous ne maîtrisez pas très bien la langue anglaise, pas d’inquiétude, la technique vous donne accès de mieux en mieux à une traduction instantanée dans votre langue !

Ainsi à la lecture de ces exemples dans n’importe quelle langue, vous aurez certainement remarqué que l’évolution de nos modes de vie, grâce aux technologies développées, occasionnent bien entendu un questionnement.

Ce questionnement n’a pas de réponses immédiates toutes faites. Le monde de demain est inconnu des Hommes.
Personne ne connait l’avenir et ceux qui prédisent un avenir radieux ou un avenir sombre, sont tout simplement des menteurs malhonnêtes.

Le passé est terminé

Le passé est terminé, personne ne peut le refaire. L’avenir n’existe pas encore, mais chacun y contribue de son vivant.

Et maintenant, il est encore tant de tirer profit des erreurs commises par le passé, pour ne pas les reproduire, ni les perpétuer, sans pour autant maudire les Hommes qui les ont commises, mais simplement en les reconnaissant.

Je reconnais par exemple que Hitler ou Staline, ou Mao et tant d’autres, ainsi que tous ceux qui ont communié avec eux, étaient des criminels, dont je condamne les crimes, sans jamais les pardonner.

Mais je ne les maudis pas, car je ne suis dotée d’aucun pouvoir divin, ni pour maudire, ni pour bénir.

Je ne pardonne pas, je ne maudis pas, je m’applique à ne pas reproduire leurs erreurs, parce qu’ils croyaient eux, être dotés de ce pouvoir divin qu’ils n’avaient pas non plus.

Au contraire d’eux, je saisis ma chance de vivre et je me contente de mon pouvoir humain, comme bien à mon service, dont je peux jouir librement dans la limite de la non-agression d’autrui.

Futur

Ville du futur ?

Et je sais, oui je sais, sans prétention, parce que je l’ai appris, parce que je l’ai vérifié, parce que c’est universellement vérifiable et justifié, parce que les Hommes en ont toujours témoigné et laissé traces, que depuis le début des temps où l’Homme a commencé et recommencé à développer des techniques lui apportant toujours plus de services, de bien-être et de confort, je sais que ce n’est certainement pas la technique maîtrisée par l’Homme, qui détruit et corrompt quoique ce soit, ni qui que ce soit.

Ce qui détruit et corrompt les Hommes et leurs biens, c’est la croyance en un pouvoir divin, qui en actes se traduit systématiquement par des crimes, à commencer par l’assassinat de la liberté et notamment la liberté d’entreprendre de perfectionner nos techniques.

Mais je ne cultive pas la peur, surtout pas celle des autres. Je cultive au contraire la confiance et j’abonde pour les progrès techniques, car malgré les croyances en un pouvoir divin, la liberté reprend toujours ses droits.

La meilleure preuve en est l’Homme, qui malgré les lois liberticides, malgré les crimes, malgré toutes les forces d’adversité déployées par des êtres corrompus, ne cesse pas d’entreprendre de perfectionner nos techniques, pour notre plus grand bien qui comprend notre environnement, tout ce qu’il contient et se renouvelle, quand bien même chacun le transforme jusqu’à en perdre ses origines.

Et alors, est-ce réellement un problème de perdre ses origines, parce que la vie se transforme elle-même et transforme tout sur son passage, irrémédiablement ?

technologie

Main bionique manipulant un œuf…

N’avons-nous pas pu, nous les Hommes, la poule et l’œuf, survivre au fait que nous ne savons pas qui de l’œuf ou de la poule est originel ?

Je n’ai pas peur de la transformation, je n’ai pas peur de la technique, elles sont à mon service.
J’ai peur simplement que l’état s’en mêle, car partout où l’état intervient, il ne fait que réduire la liberté, ce qui revient à tout salir, tout pourrir et à diminuer la vie.

« Je crois que nous pouvons tous convenir que le substrat biologique humain nécessite beaucoup de ressources pour rester en bonne santé. Il faut non seulement des nutriments spécifiques pour maintenir les organes en vie, mais aussi de l’eau, des abris, etc. Ce fait devient de plus en plus inquiétant quand on prend en compte les catastrophes naturelles qui font que les gens ne disposent pas de ces ressources nécessaires. Un bon exemple de ceci serait la circonstance malheureuse que la Californie se trouve actuellement en termes d’accès à l’eau potable. En fait, Flint, Michigan se trouve actuellement dans une situation similaire en raison de la cupidité et de la bureaucratie gouvernementale. » – B. J. Murphy

 

Artid